Poème inĂ©dit

 

 

       AU CIRQUE

 

       «Dès que tu construis une pensĂ©e, ris-en.»

                                                         Lao Tseu    

 

 

A Nayla et Yacine   

 

 

       C’est un petit cirque

       Qui ne paie pas de mine

       A l’entrĂ©e un chameau  de Mongolie

       -Fumant son haleine - fanfaronne

       Il pleut et le mongol patauge dans la boue

 

       Au loin très loin dans le souvenir de son instinct

       La grand dĂ©sert les belles oasis  les mirages de sable

       Monsieur Royal est enrhumĂ©

       Mais drapĂ© dans sa dignitĂ©

       Il fait l’article Ă  grand renfort de flonflons

       prouesses et exploits de hĂ©ros  en prĂ©retraite

       Voici les  surprenants serpents vietnamiens

       Le fantĂ´me de la chèvre de Monsieur Seguin

       Un bouc de chez Driss ChraĂŻbi

       Un singe au cul pelĂ©

       Point de  lion

       façon  Metro Goldwyn Mayer

       rugissant d’ennui

 

       Monsieur Royal fait donner les clowns

       Les enfants bons publics

       Dans la nuit et le froid

       Rient aux Ă©clats sans manière

       Nayla et Yacine y sont Ă  cĹ“ur joie

 

       Le petit cirque s’est enrhumĂ©  dĂ©plumĂ©

       A gagner sa pitance sur le routes

       de France et de Navarre

       il fait l’acrobate chaque jour

       sans filet ni recours

 

       C’est la tĂ©lĂ©  la reine –mère qui mène le monde

       et sous les chapiteaux  vermoulus

       les artistes grimĂ©s de tristesse

       voltigent des trapèzes mĂ©lancoliques

       aux cerceaux de la nostalgie

 

       Fratellini plutĂ´t Fellini

       dites-vous Monsieur Royal ?

       Est-ce un numĂ©ro sur la fraternitĂ©

       Une folie comme le  chameau de Mongolie

       Dans la nuit et la pluie en lointaine Occitanie

       Qu’il vente qu’il pleuve les chameaux comme les poètes

       Font ce qu’ils peuvent de leur peine

       Arasant Ă  l’entour la haine

 

                                                                                                   6/02/07

 

    

© Poème d’Abdelmadjid Kaouah

 

____________________

 

 

 

 

Ses autres poèmes mis en ligne sur ce site

Nouveau

Nouveau

AVERTISSEMENT :

Ce poème est mis sur Internet avec l’aimable autorisation d’Abdelmadjid Kaouah.

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque qu’il soit déjà existant ou à venir. La reproduction et la diffusion sur un autre site Internet est strictement interdite . Le contenu de cette page est destiné à un usage strictement privé et uniquement dans le cadre du cercle de famille et non destiné à une utilisation collective. Les contrevenants peuvent s'exposer à des poursuites judiciaires et pénales. Bremen le 08 mars 2007.

Christel J Stefariel, Karl-Lerbs-Str. 7, 28201 Bremen, Allemagne

 

©2007-2008 Peter Mioch, 28201 Bremen Germany